articles, ken jutsu - kendo, maîtres

Maître Miyamoto Musashi

9 août 2008

Maître Miyamoto Musashi est assurément le plus célèbre des maîtres de sabre du Japon. Né probablement en 1584 dans le village de Miyamoto-Sanomo dans la province de Harima, il reçoit le nom de Bennosuke. Il est le fils d’un samourai nommé Hirata (Shinmen, Miyamoto) Munisai et sa mère se nomme Omasa. Cette dernière meurt seulement quelques temps après sa naissance. Son père se remarie avec la jeune Yoshikiko qui élèvera le jeune enfant. Son père lui aurait probablement enseigné l’art du ken-jutsu ainsi que celui de l’art familial du jitte.

Suite au divorce de sa mère, il reçoit son éducation de Dorin (Dorinbo), qui est prêtre au temple Shoreian, ainsi que de son beau-père Tatsumi Masahisa. Ils lui enseigneront le bouddhisme ainsi qu’à lire et à écire.

musashi_2_sabres

Peinture célèbre représentant Miyamoto Musashi en posture avec deux sabres

Dans l’introduction de son livre sur la stratégie le Go-rin-no-sho, Miyamoto Musashi écrit qu’il a combattu dans son premier duel dès l’âge de treize ans contre un guerrier de l’école Shinto-ryu nommé Arima Kihei qu’il tue lors du combat.

En 1600, Miyamoto Musashi participe à la bataille de Sekigahara dans un bataillon du seigneur Ukita appartenant à l’armée de l’Ouest qui subit la défaite aux mains de l’armée du future shogun Tokugawa.

En 1604, à l’âge de 20 ans, il entreprend une série de duels contre la célèbre famille Yoshioka de Kyoto. Il combat et vainc successivement les maîtres héritiers de la famille Seijuro, Denshichiro puis tout le clan Yoshioka qui défendait le cadet Matashichiro âgé alors de 12 ans.

ichijojisagarimatsukyoto

Stèle marquant le lieu de la victoire de Musashi sur le clan Yoshioka à Ichijoji (Kyoto)

Miyamoto Musashi visite par la suite le fameux temple Hozoin à Nara pour se mesurer aux moines qui sont experts en techniques de la lance. Il se rend ensuite au temple de Enkoji à Hyogo dont l’abbé principal appréciait les arts martiaux. Il y formera Tada Genzaburo qui reçoit le certificat de transmission de l’école de Musashi à cette époque nommée Enmei-ryu.

Il poursuit son musha shugyo (voyage de formation) en voyageant beaucoup à travers le Japon. Lors de son voyage vers Edo, il combat contre Shishido Baiken, expert en kusari-gama (faucille avec chaîne et poids). À Edo (Tokyo), il combat deux élèves de l’école Yagyu-ryu nommés Oseto et Tsujikase. Il défait par la suite, et sans le tué, l’expert de jo-jutsu (bâton) Muso Gonnosuke qui élaborera plus tard à partir de cette expérience l’école Shinto-Muso-ryu.

En 1611, Musashi se rend au temple Myoshinji à Kyoto où il pratique le zazen. Il fait la rencontre d’un vassal du seigneur Hosokawa Tadaoki qui lui parle d’un adepte nommé Sasaki Kojiro et qui lui propose d’organiser un duel avec ce dernier. En 1612, le fameux duel a lieu sur l’île de Funajima au nord de Kyoshu. Miyamoto Musashi tue alors victorieusement Sasaki Kojiro.

musashi_2_boken

Peinture représentant Miyamoto Musashi en posture avec deux bokken

Miyamoto Musashi participera ensuite aux deux batailles d’hiver et d’été d’Osaka au sein de l’armée de Tokugawa Iesu. Ces batailles apporteront la victoire définitive au clan Tokugawa.

Il séjournera ensuite chez le seigneur Ogasawara à Akashi où il enseignera le sabre. Il adopte en 1618 un enfant qui prendra le nom de Miyamoto Mikinosuke. Se dernier se suicidera par seppuku suite à la mort de son seigneur en 1626.

En 1623, Miyamoto Musashi se rend de nouveau à Edo où il rencontre un savant confusianiste du nom de Hayashi Razan. Avec ce dernier, Musashi entreprend alors des démarches pour devenir maître de sabre auprès du shogun qui seront infructueuses . Il repart alors en voyage au nord du Japon où il adopte un garçon qui prend le nom de Miyamoto Iori. Ce dernier entrera au service du seigneur Ogasawara d’Akashi en 1626.

À 50 ans, Miyamoto Musashi retourne à Kyushu à Kokura dont le seigneur est maintenant Ogasawara Tadasane. Ce dernier organise alors un combat en Musashi et un célèbre Maître de la lance nomméTakada Matabei. Musashi est victorieux.

En 1637, Musashi participe aux batailles de Shimabara contre les rebelles chrétiens. Il dirige, avec son fils adoptif Iori, les troupes du seigneur Ogasawara. Ce sera la dernière participation de Musashi à une bataille.

musashi_portrait

Portrait de Miyamoto Musashi

À 56 ans, Miyamoto Musashi se rend auprès du seigneur Hosakawa et s’installe à Kumamoto. Le seigneur Hosokawa Tadatoshi organise un combat sous forme d’entraînement entre Musashi et Ujii Magoshiro, Maître principal de la seigneurie. Musashi en sort victorieux.

En 1641, Il écrit le Hyoho sanju-go-kajo pour le seigneur Hosokawa Tadatoshi. À la même période, il s’adonne à la pratique de différents arts tels que : La calligraphie, la peinture et la cérémonie du thé.

cormorant_musashi

Peinture d’un cormoran attribuée à Miyamoto Musashi

À 58 ans Musashi tombe malade et souffre de névralgies. Un an plus tard, en 1643, il part pour s’installer dans la grotte appelée Rengando (grotte de l’âme ou esprit du rocher) située au mont Iwato près de Kumamoto. Il commence la rédaction de son fameux Go-rin-no-sho.

grotte_escaliers_musashi

L’auteur à l’entrée de la grotte Rengando près de Kumamoto au japon

Il adresse cette dernière oeuvre, le Go-rin-no-sho, à son disciple Terao Magonojo-Katsunobu. Pendant ses derniers jours, il écrit les 21 articles du Dokkodo. Miyamoto Musashi s’étteind le 19 du 5ième mois 1643.

** La référence principale pour cet article est l’oeuvre de Kenji Tokitsu: «Miyamoto Musashi – l’homme et l’oeuvre, mythe ou réalité» (Edition désiris, Paris, France, 1998. ISBN 2-907653-54-7).

You Might Also Like

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.