articles, maîtres, qi gong

Maître Harumitsu Hida

1 avril 2008

Maître Harumitsu Hida est né en 1883 au Japon d’un père médecin. À sa naissance, son père était déjà âgé de cinquante ans. Enfant chétif et maladif, la tragédie frappe sa famille alors qu’il est très jeune, lorsque la maladie emporte sa mère ainsi que trois de ses frères et sœurs.

Atteint lui-même par le typhus à l’âge de six ans, les médecins ont alors déclaré son cas sans espoir. Il est resté malade pendant toute son enfance et vivait en consommant beaucoup de médicaments. Sa vie était alors remplie de longues périodes où il devait rester alité.

À ses 18 ans, il se révolte contre sa condition fragile et décide de renforcer sa santé. Pour se faire, il débute l’étude systématique de l’anatomie et de la physiologie en dévorant les ouvrages de son père sur le sujet. Il développe alors la conviction profonde qu’il existe un lien entre la croyance et la science.

Il collectionne ensuite les ouvrages sur l’exercice physique, la médecine, l’hygiène et la physiologie des sports. Il pratique chaque exercice qu’il découvre dans l’espoir de découvrir une méthode pour améliorer sa piètre condition et atteindre une image idéale du corps humain.

Il recherche les exercices les plus efficaces désirant créer une méthode s’appuyant sur les principes suivants:

  • La pratique de la méthode doit être active et non passive;
  • L’exercice doit être un objectif en soit et non une simple préparation à une technique;
  • L’exercice doit se faire sans dépense d’argent et/ou l’utilisation d’instruments extérieurs. La santé doit être développée à travers les efforts uniques du corps;
  • L’exercice doit s’effectuer à travers un minimum de temps afin d’en assurer la régularité de pratique et éviter la fatigue inutile.

Me Hida

Maître Harumitsu Hida, dans la cinquantaine, dans l’exercice de son kata

Il avance dans le développement de sa méthode en étudiant les cheminements de personnes de qualité s’étant elles même investies à fond dans l’accomplissement de leur but personnel. Son père l’encourage dans sa démarche en lui achetant tous les livres qu’il désire et en l’encourageant, content de voir son fils revivre.

Sa santé s’améliore alors rapidement et il peut réintégrer l’école. Il s’impose à tous les jours de violents exercices et marche plusieurs kilomètres pour se rendre à l’école. Au cours des années sa recherche d’amélioration de la santé devient une véritable voie de développement de la santé, une méthode de vie.

Trente-sept ans après le début de ses recherches il écrit : « La voie sacrée du centre – Méthode Hida pour fortifier l’être » (Sei chushin-dô : Hida-shiki Kyôken jutsu). À plus de 50 ans maintenant, les gens ne lui donne pas plus de 20 ou 30 ans en le voyant. Son corps est robuste, sa vision plus que parfaite et il est remplie d’une vitalité qui sort de l’ordinaire.

Il doit ce résultat admirable et étonnant à sa méthode de renforcement du centre sacré. Il d’écrit la force jaillissant du centre sacré du corps comme étant une force vivante et lumineuse qui n’est ni une simple force physique, ni une force mécanique. Pour y arriver il faut acquérir une posture parfaite du corps et concentrer la force de l’esprit sur le point central du corps.

Il adopte aussi un régime strict à base de riz. Il en vient à se priver de nourriture complexe et lourde, d’alcool, sucreries et autres. À la fin de sa vie il ne mangeait essentiellement plus que du riz complet non cuit. Suite à une période ascétique envers les aliments qu’il juge nocifs pour le corps, son régime personnel en vient à être simplement construit sur les sensations de son corps sur lesquelles il se base pour apprécier les aliments positifs.

En 1922 il fait une expérience particulière où il ressent tout d’un coup une puissance effrayante qui jaillit à partir du centre du corps. Cette expérience le bouleverse et lui prouve alors la justesse de sa démarche. C’est à partir de là qu’il va systématiser sa méthode.

En élaborant et appliquant sa méthode, il développe ses capacités physiques et mentales à un degré tout à fait surprenant et hors du commun.

Harumitsu Hida s’éteint en 1956, d’une mort volontaire suite à un jeûne de 49 jours, à l’âge de 72 ans.

La méthode qu’il a laissé est très difficile à réaliser demandant un investissement entier de l’être très particulier et peu accessible.

You Might Also Like

Password Reset
Please enter your e-mail address. You will receive a new password via e-mail.