articles, karaté-do, maîtres

Maître Choki Motobu

28 juillet 2008

Maître Choki Motobu est né à Okinawa en 1870. Né d’une famille noble ayant une longue tradition martiale, il ne recevra cependant pas l’enseignement de l’art martial familial ni une forte éducation d’ailleurs, étant né le 3ième et dernier fils de la famille.

Me Motobu Choki

Portrait de Maître Choki Motobu

Déterminé à apprendre l’art du combat, Choki Motobu se formera largement par lui-même. Autodidacte doué, il devint rapidement un combattant redoutable avec une solide réputation de bagarreur, testant régulièrement ses techniques dans les quartiers chauds de la ville. Il était d’une très grande agilité, ce qui lui valu le surnom de «Motobu zaru» ou « Motobu le singe». Cette réputation reprochable rendra son acceptation auprès des grands Maîtres de l’époque très difficile voir impossible. Il recevra néanmoins l’enseignement de Maître Kosaku Matsumura. Ce dernier lui apprendra principalement certains kata, étant réfractère à enseigner les techniques de combat à son turbulent élève. On raconte que durant les entraînements de ses séniors, Choki Motobu se cachait pour observer leur travail des techniques de combat auprèes du Maître.

Me Motobu Choki

Maître Choki Motobu dans l’exécution du kata naihanchin

En 1921 Maître Choki Motobu déménage dans la ville d’Osaka au Japon, puis à Tokyo. À l’âge de 52 ans, un ami le convainc de participer à un combat contre un boxeur et homme fort nommé Georges lors d’un défi publique. Maître Motobu met le boxeur hors de combat et gagne le match sans équivoque. Il obtient aussitôt une grande réputation, de même que l’art martial du karate qui était alors très peu connu au Japon. Cet évènement sera très important pour l’avenir du karaté par la suite, lui offrant une tribune inespérée.

Il enseigne dans son dojo nommé Daidokan. Cette période d’enseignement sera difficile dû au fait que Maître Motobu parlait un dialecte d’Okinawa que ses étudiants japonais avaient de la difficulté à comprendre. Il laissera néanmoins une emprunte profonde, surtout dans l’approche du combat, chez plusieurs Maîtres qui deviendront par la suite les fondateurs de quelques unes des écoles de karate modernes importantes. Citons en exemple les Maitres: Yasuhiro Konishi (shindo jinen-ryu), Kosei Kukiba (seishinkaï), Hironori Ohtsuka (wado-ryu), Tatsuo Shimabuku (isshin-ryu), Soshin Nagamine (matsubayashi shorin-ryu), Tsuyoshi Chitose (chito-ryu), Katsuya Miyahara (shorin-ryu shidokan) et Tatsuya Yamada (nihon kempo karate).

En 1941 Maître Choku Motobu retourne à Okinawa où il s’éteint en 1944.

You Might Also Like

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.